• Henri de Sigalas
    1863 – 1895

    Les grands terroirs de la rive gauche de Bordeaux ont été découverts au XVII° siècle par des magistrats du Parlement de Bordeaux. Le Conseiller RABAUD a « créé » 60 hectares au Sud du Ciron. En 1832, le Guide JULIEN, ancêtre du FERET moderne, place la production de RABAUD au niveau d’Yquem et Rayne-Vigneau.) En 1863, Henri de SIGALAS acquiert le Château RABAUD, Premier Cru classé en 1855, propriété en mauvais état. Il décide de chérir son nouveau domaine en lui apportant son savoir faire, sa maitrise et son nom. C’est à partir de ce moment que le Château SIGALAS RABAUD voit le jour. A sa mort, en 1895, Henri, veuf non remarié, a rénové un cru qui, bien qu’hétérogène, « tient son rang » auprès du négoce bordelais.

  • Pierre Gaston de Sigalas
    1895

    Fils unique d’Henri de SIGALAS orphelin dès sa naissance, est mis en nourrice dans les Landes : à 12 ans, « homme des bois », il parle seulement le patois gascon, craint la vigne et ses caprices. Pas passionné, mais scrupuleux, voire génial », il se sépare en 1903, de ce qu’il n’aimait point – 45 hectares – pour ne conserver que le meilleur terroir : la pente Sud, partie la plus homogène, soit les 14 hectares actuels : le « bijou de Sigalas ». De 1913 à 1929 la propriété est donnée en fermage.De 1930 à 1950, sous la tutelle de Ferdinand GINESTÉ, futur propriétaire de Château Margaux, la terre de RABAUD est reconstituée temporairement sous l’étiquette « les RABAUD réunis ». Elle retrouve ainsi sa configuration et sa dénomination antérieures.

  • Marie-Antoinette de Sigalas
    1951 – 1984

    En 1951, Marie-Antoinette de SIGALAS, et son époux le marquis de LAMBERT des GRANGES, reprennent ensemble le « bijou de Sigalas » de 1903. Ils décident de redonner vie au château en reconstruisant un cuvier et un chai qu’ils font décorer de manière originale et recréent la marque disparue depuis 20 ans. Ils reprennent alors progressivement le rang que mérite leur terroir exceptionnel.

  • Marquis de Lambert des Granges fils
    1984 – 2007

    En 1984, les enfants de Marie-Antoinette, dont le marquis de LAMBERT des GRANGES, succèdent à leurs parents et reprennent la tête de la propriété. L’association technique avec l’équipe du Château Lafaurie-Peyraguey, Premier cru voisin, permet à SIGALAS RABAUD de moderniser son exploitation. Cette association durera quinze ans et permettra au château de pérenniser sa renommée et son statut de Premier cru classé. Ainsi, en 1998 ils décident de créer le second vin du Château Sigalas Rabaud: le Lieutenant de Sigalas.

  • Laure de Lambert Compeyrot
    2006 – Présent

    Munie d’un solide bagage universitaire acquis à Montpellier Supagro puis à la faculté d’œnologie de Bordeaux, Laure de LAMBERT COMPEYROT, petite-fille de Marie-Antoinette de SIGALAS, est actuellement à la tête de la propriété. Elle représente la sixième génération à SIGALAS RABAUD depuis 1863.

    Elle suit la vigne avec passion. Soucieuse de maintenir un « patrimoine végétal » aussi remarquable que le terroir, elle a sélectionné avec la chambre d’agriculture les ceps anciens de la propriété spécialement dupliqués par une pépinière privée. Revenue à des procédés de culture supprimant toute utilisation d’herbicides, remplaçant les fongicides par la confusion sexuelle et multipliant les observations de la faune auxiliaire. SIGALAS obtient en 2016 le plus haut niveau de certification Haute Valeur Environnementale.

    Mariée et mère de 3 enfants, ses 2 fils, Jean et Mathieu épris également de la passion du vin, ont créé leur propre société de négoce de vin.